TEC (Techniques et Enjeux du corps) / Les équipes de recherche / LA RECHERCHE / STAPS / ParisDescartes - Universite Paris Descartes

TEC (Techniques et Enjeux du corps)

Projet 2019-2023

(Porteur Pr. Bernard Andrieu)

http://recherche.parisdescartes.fr/tec/Membres/Membres-statutaires/ANDRIEU-Bernard

 

EA : I3SP

Institut des Sciences du Sport-Santé de Paris

http://recherche.parisdescartes.fr/tec

 

 

Axe 1 : Action motrice

Axe 2 : Processus capacitaires pour le bien-être et la santé

 

 

La future EA I3SP Institut des Sciences du Sport-Santé de Paris prend la suite de l’

EA 3625 TEC (Techniques et Enjeux du Corps) vient renouveler l’analyse de Marcel Mauss des techniques du corps en décrivant en Staps, par l’expérience et la pratique des APAS et APAS, comment les techniques émergent du corps vivant et du corps vécu tant sur le plan socio-moteur et  que sur le plan techno-capacitaire.

 

-    D’une part avec la praxéologie, l’action motrice étudie la logique interne  sous-jacente et structurante des mouvements, jeux et gestes et définissant leur singularité et le degré de créativité.

 

-    D’autre part avec, l’activation capacitaire de nouvelles techniques  d’hybridations corporelles du corps vivant modifie l’état de la perception corporelle et la conscience du corps vécu

 

Pour cela l’équipe staps est pluridisciplinaire (Praxeologie, Psychologie, Physiologie, Emersiologie, Anthropologie) et s’est renforcée de quatre MC en physiologie (2), psychologie et anthropologie

 

Ici présentation de l’axe 1 et axe 2

 

Axe 1 : « Action motrice »

Responsable : Alexandre Oboeuf

Membre Titulaires 19-23 : Pascal Bordes, Luc Collard, Alexandre Oboeuf

Si convention : Renaud Laporte (Convention en cours) + Beatrice Barbusse ? + 3 collègues espagnols si conventions internationales ?

Membres associés : (Liste de 10 max)

Doctorant(e)s : Réda Bouderbala  (Axe 1 et 2), Jonathan Collard, Franck Dollif-Perros, Alexis Duployé, Maxime Gillet, Jocelyne Buffet (Axe 1 et 2 Inscription 18-19),

+ deux doctorants J.P.Goudailler

La Praxéologie motrice (ou Science de l’action motrice, SAM) est l’axe historique de cette EA d’abord implantée à l’INSEP jusque 1987 puis en SHS à la Sorbonne (jusqu’en 2012) et désormais en STAPS dans l’Université (UPD) d’attache de son fondateur : Pierre Parlebas, nommé par deux fois Doctor Honoris Causa. Elle produit des travaux originaux largement répandus dans la Communauté scientifique (Europe, Afrique, Amérique du sud notamment).

 

La SAM entretient de nombreuses relations avec un certain nombre de disciplines prestigieuses : la Psychosociologie, la Socio-anthropologie, l’Éthologie humaine, la Sémiologie mais aussi les Mathématiques sociales. De ce point de vue, cet axe – dont l’objet fondateur est l’action de pertinence motrice –  peut être considéré comme pluridisciplinaire, tant ces différentes approches sont mobilisées et constituent le large socle à partir duquel les recherches menées se déploient. Certaines de ces sciences ont même largement fécondé la SAM sans toutefois que cette dernière s’en voit diluée. C’est bien parce que le point de vue développé par la SAM est original, « propre à une espèce », qu’il a débouché sur une proposition innovante construisant un positionnement scientifique que nulle autre approche ne peut revendiquer : l’analyse de la logique interne des situations motrices et le cortège de conséquences que cela entraine pour les pratiquants. De même que les médecins étudient les effets de certaines substances sur la santé biologique ou mentale de leurs patients, la SAM – plus modestement – vise à mesurer l’impact de tel ou tel sport sur l’organisation signifiante des comportements moteurs. Cette spécificité échappe aux disciplines consacrées et fonde véritablement l’axe 1 de notre laboratoire.

 

Plus précisément, les travaux que nous mènerons en 2019-23 au sein de notre laboratoire TEC croisent les différentes approches évoquées et portent sur les thématiques (a) du bien-être et (b) de la créativité par les pratiques physiques.

L’objectif princeps étant de dévoiler ces deux potentialités par l’analyse de l’action motrice. Par exemple : quelles activités physiques privilégier en milieu scolaire, dans les zones sensibles, lorsque l’on souhaite intégrer des enfants handicapés mentaux à des classes d’enfants « valides », à lutter contre le mal-être au travail ou palier à la solitude du quotidien ? Faut-il miser sur les sports collectifs, les clubs de remise en forme, les activités de pleine nature ou les jeux sportifs virtuels ? Les sports, et les pratiques corporelles d’une manière générale, sont aussi de formidables laboratoires in vivo pour interroger l’exercice de la créativité. Quelles sont les pratiques les plus propices à l’accroissement de la créativité motrice ? Comment se construisent les pratiques innovantes ?

 

Le projet de l’axe 1 tourne autour de quatre questionnements :

 

i) Les différentes pratiques sportives ont-elles des effets différents sur la santé psycho-sociale ? Il s’agira ici de questionner l’évolution de la cohésion socio-affective dans les sports selon leurs principaux traits de logique interne : rapport à autrui, rapport aux espaces, rapport aux engins et rapport au temps.

ii) Les situations sportives – où la compétition est « excluante », ont-elles une influence différente sur le bien-être relationnel que certains jeux sportifs – où la compétition est « partageante » ?

 

iii) Quels sont les enjeux du développement de la créativité motrice dans notre société ? Peut-on trouver des indicateurs situationnels originaux afin de l’appréhender ? Comment et pourquoi certaines pratiques émergent ?

 

iv) Dans une perspective sociologique et complémentaire, comment ces analyses éclairent-elles le type de sociabilité engagée dans les pratiques motrices ?

 

       Nous réfléchissons à ces questionnements dans des secteurs distincts :  - jeunes publics (milieu scolaire et périscolaire ; clubs de loisirs, centre de vacances), 
-  publics en difficulté (institutions spécialisées, milieu carcéral), 
-  publics avides de loisirs sportifs (adolescents, pratiques familles, activités des seniors), - publics en convalescence ou en unités médicales, personnes âgées qu’elles soient, ou non, dépendantes (clubs du troisième âge, animation en foyer-logement, EHPAD), - secteur professionnel et monde de l’entreprise.

 

       Aux plans méthodologiques, les principaux cadres théoriques mobilisés sont les suivants :

- Théorie saussurienne du signe ; Saussure, F., (1972) Cours de linguistique générale, Paris, Payot ;  Jakobson, R. (1963), Essais de linguistique générale, Paris, Editions de minuit 

- Modèle pragmatique de la communication (Watzlawick, P., Beavin, J-H et Jackson, D., (1972), Une logique de la communication, Paris, Seuil ; Winkin, Y. (2001), Anthropologie de la communication, Paris, Seuil ; Berrendonner, A. (1981), Eléments de pragmatique linguistique, Paris, Editions de minuit.

-  Théorie des graphes (Berge, Cl. (1958), La théorie des graphes et ses applications, Paris, Dunod ; Flament, Cl. (1965). Théorie des graphes et structure sociale, Paris, Editions Mouton et Gauthiers-Villars.

- Théorie des jeux (Von Neumann, J. et Morgenstern, O., (1944). Theory of game and economic behavior, Princeton University Press ; Axelrod, R., (1992). Donnant donnant, une théorie du comportement coopératif. Paris. Odile Jacob ; Giraud, G. (2009). La théorie des jeux. Paris. Champ essais.

- Modèle théorique du don (Mauss, M., (1973). Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques In Sociologie et Anthropologie. Paris. PUF ; Caillé, A. (2007). Anthropologie du don. Paris, La découverte.

- Théorie du jeu sportif (Parlebas, P., (1999). Jeux, sports et sociétés. Paris. INSEP ; Parlebas, P. (1986). Eléments de sociologie du sport. Paris. PUF ; Bordes, P., Collard, L., et  Dugas,E., (2007). Vers une science des activités hysiques et sportives. La science de l’action motrice. Paris. Vuibert ; Oboeuf, A. (2010). Sport, socialisation et communication. Paris. Editions des archives contemporaines.

 

       Nous mettons en œuvre dans cet axe des cadres quasi expérimentaux avec pré, post-tests et activités motrices interpolées. L’observation directe et le décodage des comportements moteurs sont privilégiés. Complémentairement, des enquêtes sociométriques associées à des entretiens semi-directifs sont menés par les sociologues et psychosociologues du laboratoire.

 

Les principaux concepts mobilisés sont : action motrice, interaction motrice, communication/ contre-communication motrice, empathie motrice, cohésion, créativité,

innovation, sociabilité, ethnomotricité, rôle, contrat ludique, logique interne, universaux, infra jeu, ludomotricité.

 

 

Axe 2 : Processus capacitaires pour le bien-être et la santé

 

 

Responsable : Sylvain Hanneton

 

Liste des membres

 

Titulaires : Bernard Andrieu (PU), Gilles Dietrich (MCF HDR), Sylvain Hanneton (MCF), Christine Le Page (MCF), Pauline Maillot (MCF), Guillaume Robin (MCF), Anne-Sophie Sayeux (MCF (si convention), Damien Vitiello (MCF HDR si convention)

 

Doctorants : , Marie Agostinucci, Reda Bourderbala, Julia Chamondon, Gaëtan Guironnet, Lionel Chavaroche (soutenance oct 19), Adjoa Domelevo (soutenance juillet 19), Marie-Philipine Saba (Allocataire de recherche UPD 18-21)

 

Chercheurs associés : (à valider et/ou compléter)

Nicolas Besombes (E Sport), Jacqueline Descarpentries (MC HDR Paris 8, Chaire Unesco), Arnaud Ferry (PU Staps et Doyen UFR Staps UPD), Petrucia da Nobrega (PU UFRNorte Natal, Convention Paris-Descartes), Philippe Noirez (MC HDR Staps UPD), Alexandre Legendre (projet Post doc Japon) Haruka Okui (Mc Un. Kasei, Japon),  Akira Kurashima (Visitor Scholar 18-19 MC Univ Kasei, Japon), Severine Parayre (MC UCParis, Recherches & Educations)…..

 

Descriptif général de l’axe :

 

Le concept de corps capacitaire s’intègre dans une perspective biologique et évolutionniste de l’espèce humaine. Des connaissances issues de disciplines diverses telle que l’anthropologie, les neurosciences, la psychologie expérimentale, l’histoire et la philosophie des sciences, permettent de penser que la capacité de l'humain à apprendre et transmettre de nouvelles habiletés est au centre de la compréhension de ce qui définit l'espèce humaine. Il est capable de modifier ses capacités d’action ou de perception d’instant en instant, se saisissant de nouveaux outils (prothèses, jeux vidéo, réalité virtuelle), en déposant d’autres au fur et à mesure que se présentent les demandes de l’activité en cours. L’objectif est d’étudier les modes d’activation des potentiels et ressources capacitaires des personnes typiques ou de publics spécifiques (en situation de handicap ou vieillissantes). Cette activation peut bénéficier du support de dispositifs de réalité augmentée, virtuelle et dispositifs hybrides, de pratiques inventives de bien-être et de santé, engendrant des changements des degrés d’éveil et de perception du corps.

 

1. Ecologie corporelle, émersion et bien-être

 

Ce projet de recherche s’intéresse aux notions de corps vivant, corps vécu et corps capacitaire. Il s’agit dans un premier temps d’étudier comment le vivant est actif en dessous du seuil de conscience et comment cette activité est mesurable dans des expériences neuro et sensori-motrices de trauma, de réflexes, de gestes involontaires, de langage corporel. Ce projet analyse la langue du corps vivant par la mesure des gestes inconscients par la captation (Capture du mouvement et analyse vidéo) afin de modéliser le degré d’adéquation entre ce que peut le corps vivant et la représentation qu’en a le sujet. D’autre part, corps vivant et corps vécu sont les sujets de l’autosanté dans les domaines du bien-être et de l’écologie corporelle. Nous souhaitons donc par ailleurs étudier les manières dont les sujets inventent par leur agentivité corporelle des dispositifs holistiques pour améliorer leurs conditions d’existence et une santé durable dans leur milieu. Cette investigation se fera notamment par la conduite d’entretiens et la méthode de l’observation participante auprès de publics spécifiques ayant développé des contextes particuliers d’agentivité corporelle pour améliorer leur bien-être et leur santé durable.

 

Références :

- Andrieu B. & Sirost O (2018). Central themes in body ecology. In Body ecology and Emersive Leisures, Andrieu B., Parry J., Porrovecchio A., Sirost O. (eds.). Routledge : Londres.

- Andrieu B. (2018). Le corps capacitaire. Une performativité du vivant. Collection de l'INS HEA, Presses Universitaires de Paris-Nanterre.

- Becker H.S. (1985). Outsiders : Etudes de sociologie de la déviance. Editions Métaillé, Paris.

- Esquenazi J.P. (2003). Sociologie des publics, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

- Foucault M. (1984). Histoire de la sexualité, Tome I : La volonté de savoir, Edition Gallimard.

- Foucault M. (2009). Le corps utopique, Les hétérotopies, Lignes.

 

2. De l’outil à l’hybridation technologique

 

Une des caractéristiques de l’espèce humaine est d’être capable d’explorer les propriétés du système corps-outil-environnement et de parvenir à les maitriser. Nous proposons une étude conjointe des processus d’apprentissage et de transmission du geste technique de l’outil passif aux dispositifs techniques interactifs. S'il existe une variabilité culturelle dans les contenus d'apprentissage et dans la valeur accordée à ces contenus, nombre de travaux récents suggèrent que les processus d'apprentissage sont universels. En d’autres termes, un premier objectif de ce projet a pour ambition de montrer les parentés des processus d’apprentissage et de transmission, dans les domaines de l’action cognitivo-motrice complexe, au-delà de la diversité de leurs formes et des contextes culturels dans lesquels ils se déroulent. De ce point de vue, nous nous intéressons au processus d’apprentissage de l’apprenant du “geste technique”, et à la manière dont est organisé le milieu dans lequel se déroule l’apprentissage. D’autre part, l’hybridation et l’interaction donnent aux personnes de nouvelles possibilités d’action et de perception : prothèses actives, exosquelettes motorisés, dispositifs de suppléance sensorielles, interfaces cerveau-machine... Mais la condition de la réussite de l’hybridation est également un apprentissage efficace. Il reste à comprendre comment et en quoi les actions produites sur un système externe et sensations reçues en retour modifie la perception du soi en première personne. Ainsi, le second objectif sera l’étude des mécanismes d'adaptation/apprentissage qui permettent les modifications d'activité et/ou l'acquisition de nouvelles habiletés en situation d'hybridation. Il y a en effet des liens à explorer entre capacités d'hybridation et plasticité cérébrale (notamment dans le cadre du vieillissement). Cette thématique se place notamment dans le cadre plus général de l’étude de la réciprocité entre action et sensation, et des débats entre approches théoriques qui s’y intéressent (approche écologique et dynamique, approche cognitiviste).

 

Références :

- Ackerman P.L. (1988). Determinants of individual differences during skill acquisition: Cognitive abilities and information processing. Journal of Experimental Psychology: General, 117:288-318.

- Gouzien, A., de Vignemont F., Touillet A., Martinet N., De Graaf J., Jarrasse N. and Roby-Brami A. (2017). Reachability and the sense of embodiment in amputees using prostheses. Nature Scientific Reports, volume 7, 4999.

- Lenay, C., & Matthieu T. (2014). From Sensory Substitution to Perceptual Supplementation: Appropriation and Augmentation. In Living Machines: A Handbook of Biomimetic and Biohybrid Systems. Oxford University Press, Oxford.

- O’Regan J.K. & Noe A. (2001). A sensorimotor account of vision and visual consciousness. Behavioral and Brain Sciences, 24, 939-1031.

- Paillard, J. (1985). Les niveaux sensorimoteurs et cognitifs du contrôle de l'action. In M. Laurent & P. Therme, Recherches en Activités Physiques et Sportives, Publication du Centre de Recherches de l’UEREPS, Université Aix-Marseille II, pp. 147-163.

 

3. Contribution des technologies interactives à l’activité physique pour la santé 

 

Ce troisième projet porte sur l’étude des bienfaits issus de l’activité physique conventionnelle et/ou assistée par jeux vidéo (exergames) sur la santé cognitive et fonctionnelle du sujet âgé sain et pathologique (maladie d’Alzheimer, Trisomie 21…). Ce projet cherche à identifier les bénéfices de programmes d’entrainement physique et/ou cognitif sur les déterminants cognitifs (fonctions exécutives, vitesse de traitement de l’information, fonctions perceptives et visuospatiales …) et fonctionnels (condition physique, capacité d’équilibre…) du maintien de l’autonomie lors de l’avancée en âge. La conception des programmes reposent sur l’identification de ressources potentielles de l’individu et de leurs sollicitations par le mouvement et le jeu. Les mécanismes explicatifs étudiés sont la relation entre l’intensité d’effort, l’immersion et l’interaction comme prérequis au transfert d’apprentissage et aux modifications neuroplastiques engendrées par les différents programmes de stimulation. Il s’agit ainsi d’étudier l’implication corporelle dans l’activité physique et/ou le jeu vidéo comme support d’apprentissages physiques et cognitifs à finalité de santé. 

 

Références :

- Chodzko-Zajko, W., Schwingel, A., & Park, C. H. (2009). Successful Aging: The Role of Physical Activity. American Journal of Lifestyle Medicine, 3, 20-28.

- Dahlin, E., Nyberg, L., Bäckman, L., & Stigsdotter-Neely, A. S. (2008). Plasticity of executive functioning in young and older adults: immediate training gains, transfer, and long-term maintenance. Psychology and Aging, 23, 720-730.

- Green, C. S., & Bavelier, D. (2008). Exercising Your Brain: A Review of Human Brain Plasticity and Training-Induced Learning. Psychology and Aging, 23, 692-701.

- Hertzog, C., Kramer, A. F., Wilson, R. S., & Lindenberger, U. (2009). Enrichment effects on adult cognitive development: Can the functional capacity of older adults be preserved and enhanced? Psychological Science in the Public Interest, 9, 1-65.

- Kappen DL, Mirza-Babaei P, Nacke LE (2018). Older Adults’ Physical Activity and Exergames: A Systematic Review, International Journal of Human–Computer Interaction, DOI: 10.1080/10447318.2018.1441253

 

 

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2010 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.